Le jour où les phôttes d’aurtografe ont achevé la ptite nouvelle

Ce blog contient sûrement de temps à autre des fautes de frappe, des erreurs de construction grammaticale, des oublis d’accords…

Mais la lectrice de blogs qui se cache derrière la ptite nouvelle est légèrement agacée de tomber sur des textes farcis de fautes de français. Ce n’est pas le langage sms qui est remis en cause ici , ça c’est plutôt le fond d’un problème ou un problème de fond, au choix. Non non, il est bel et bien question des Fautes d’Orthographe de plus en plus courantes chez des jeunes comme chez des moins jeunes. Petit florilège:

  • « je pence ke jai une jollie ecritur » = Je pense que j’ai une jolie écriture (ça, ça reste à voir…)
  • « il été 1 foie » = Il était une fois (l’histoire de la malheureuse Princesse Conjugaison maltraitée par sa Grammaire )
  • « sa fé peur de voire otant de faute »= ça fait peur de voir autant de fautes (oh oui, ça fout la trouille!)
  • « se soir je lis » = Ce soir je lis (commence par lire le dictionnaire, ça te fera du bien)
  • « envoyer moi un dictionaire » = envoyez-moi un dictionnaire (oui, tout de suite, et tiens, je t’en envoie même deux)

Le pire, c’est que ce n’est même pas par manque de temps que ces crimes contre l’orthographe sont commis; ça ne prend pas plus de temps ni ne coûte plus cher d’écrire correctement. Et n’abordons même pas le sujet des groupes Facebook, parfois aussi drôles que mal écrits, qui sont à eux seuls des concours de nullité orthographique   …

 Alors évidemment, cela ne va pas aller en s’améliorant, ce ne sont pas les professeurs de français qui diront le contraire! On peut légitimement se demander si l’école apprend vraiment le français à nos enfants? Par exemple, les vieilles dictées-surprises ont laissé la place aux dictées préparées… mais c’est quoi le problème des pédagogies modernes? C’est une atteinte à la liberté du cerveau, là!  Les nouvelles méthodes sous-entendent que les enfants seront incapables d’adapter leurs connaissances aux différents contextes qu’ils rencontreront plus tard. Pour mettre les élèves en situation de réussite, on leur fait apprendre par coeur des textes qu’ils vont reproduire bêtement le jour du contrôle, contrôle pour lequel ils recevront une note trop parfaite s’ils ont une bonne mémoire, ou trop minable s’ils ont un héritage de poisson rouge. 

Mais finalement, est-ce rendre service aux générations futures que de leur proposer des cadres si limités? N’est-ce pas restreindre ainsi leurs apprentissages que de les cantonner à de bêtes copies de mots? A quand des groupes Facebook « Pour qu’on rétablisse le Bled et le Bescherelle dans les écoles » et « Sauvez l’orthographe »?

Ici à l’openspach, les fautes d’orthographe sont heureusement moins courantes, quoique de plus en plus acceptées. Entre collègues, pour que les relectures et les corrections restent utiles et efficaces, on adopte l’attitude  »Pas de langue de bois, juste de la langue française »! Et comme dirait le philosophe Sinclair, c’est si bon comme ça, il ne faut pas qu’ça chaaaaaange….

 

 

Objectifs à moyen terme:

  • Créer une application pour smartphone  »Assistant Orthographe » 
  • Ah non, mieux que l’assistant orthographe. Créer une application « Détecteur de fautes d’orthographe »
  • Et puis, non, encore mieux que le détecteur. Créer un outil pour blog « Compteur de fautes d’orthographe » qui prélèverait 1 centime par faute et rapporterait 1 centime par ligne correctement écrite… ce n’est pas interdit de rêver, non?

sam0227.jpg



Le jour où l’openspace est parti en fou rire

La ptite nouvelle a dit un jour que les suisses n’étaient pas forcément réputés pour leur sens de la jovialité exacerbée… Soit. Pourtant, en ce jour ensoleillé d’avril, l’humeur était plutôt bon enfant. Papotages en tout genre, racontage de vie autour d’un Nespresso, études de dossiers, émission d’appels téléphoniques, re-bavardages avec les collègues, réception d’appels téléphoniques: Ah! La journée des boulets commence! 

Premier cas pratique: c’est CollaZen qui est en ligne avec un Boulet (oui, avec un grand B), un vrai de vrai, un qui capte mal, qui pige rien à ce qu’on lui explique, un qui fait répéter avant même que ta phrase soit terminée: petit boulet certes, mais boulet quand même. Premiers sourires dans l’openspach.

Second cas pratique: c’est CollaSpeed qui reçoit un appel d’une Boulette (oui, le féminin de Boulet, c’est Boulette); et là s’ensuit une discussion surréaliste avec une dame qui s’est crue sur Racontetalife.ch. Tout l’openspace a pu comprendre, entre autres, que ses gamins portent des prénoms dignes d’animaux de cirque, et qu’elle envisage de s’expatrier dans le plus paumé des pays baltes pour monter un projet… Le dialogue plutôt à sens unique, ajouté aux mimiques de CollaSpeed, ont eu raison du rire facile de la ptite nouvelle. Elle n’a jamais pu s’arrêter de pouffer, elle a foncé aux toilettes à force de ne plus pouvoir retenir une envie pressante due à ces conversations improbables, elle en pleurait tellement elle se marrait comme une baleine (tiens, d’ailleurs, d’où vient cette expression « se marrer comme une baleine »?). Fou rire général dans l’openspach.

Et qu’est-ce que ça fait du bien de se bidonner au boulot!!! Le problème, c’est qu’après ce genre de situations, on ne peut plus travailler correctement sans repenser à toutes les situations rencontrées à cause de ces boulets: au mieux, on se reprend un fou rire… et au pire, on tombe sur l’ultime boulet, THE boulet, celui à qui on balance sans plus aucun scrupule: « Je suis désolée mais je n’ai plus de crédit sur mon forfait Boulet. Veuillez rappeler ultérieurement. »

La ptite nouvelle a appris une chose: le sens de l’humour helvète ressemble au sens de la répartie des britanniques…et ça, ce n’est pas pour lui déplaire!

 

Objectif à court terme:

  • Lors de la prochaine journée des boulets, tout lâcher et partir en weekend (même si demain c’est jeudi…). Car tout travail entrepris après un contact avec un boulet n’est absolument pas productif.

Objectif à long terme:

  • Soigner les relations avec tout client, aussi boulet soit-il, si on ne veut pas que le fou rire provoque chez son boss une folle envie de licenciement..


Alors on danse

Qui dit amoureux dit couple,
Qui dit duo dit mariage,
Qui dit parents dit enfants,
Qui dit petits te dit soucis…
Alors on vit!
La la la la la la la, la la la la la.

Qui dit sante dit maladie,
Qui dit infection dit hôpital.
Qui dit urgences dit salle d’attente
Qui dit patience te dit … Prévoyance.
Alors on lit!
La la la la la la la, la la la la la la la.

Qui dit traitement dit médicament,
Qui dit antibiotique dit pas automatique,
Sauf que… qui dit intraveineuse dit piqure,
Qui dit ta gosse a pas de veine, ça c’est sur!
Alors on souffre.
La la la la la la la, la la la la la la.
Alors on souffre.

Qui dit week-end bien pourri,
Dit bonjour aux insomnies.
Qui dit enfant en guérison,
Réjouit le cœur de sa maman.
Alors on danse.
La la la la la la la la, la la la la la.
Alors on danse.



Le jour où la ptite nouvelle a lancé la mode du Bento au boulot

bento.jpg 

Le Bento, c’est un peu le descendant du Tupperware …

 

S’il y a un moment que la ptite nouvelle attend avec impatience, c’est bien lorsque l’horloge de l’ordi indique midi. D’accord, c’est l’heure officielle de la bouffe, mais pas que…

C’est aussi le moment où on a suffisamment traité de dossiers pour mériter le ravitaillement, le moment où on a tant parlé au téléphone qu’on a qu’une envie, c’est de se poser pour boire son litre d’eau quotidien.

Et pour se sustenter avec style, la ptite nouvelle a décidé de laisser tomber la vieille boîte en plastique déformée et décolorée: elle apporte désormais son repas dans un Bento. Non seulement avoir un Bento c’est trop la classe, mais en plus il n’y a que des avantages:

Les trois compartiments se superposent pour concentrer l’entrée, le plat chaud et le dessert dans une seule et même ptite boîte. Certains modèles offrent une quantité digne d’une bonne assiette standard. Les récipients passent au micro-ondes sans problèmes. Dans le sac à main, sa position verticale rend le Bento très discret. Et last but not least, il en existe de toutes sortes et de toutes formes: kawaï, retro, pop, japonisant…..

La ptite nouvelle est devenue une Bento fashion victime… et elle sent que ça va faire des émules: il y a fort à parier que d’autres Bento viendront embellir les midis de l’openspach!

 

Objectif à court terme:

  • Eviter de se ruiner dès le début de mois sous prétexte qu’on commence une collection de jolis Bentos

  • Faire une commande groupée avec les collègues pour réduire les frais de port (parce que faire venir un Bento du Japon, ça coûte un bras…)



Le jour où la ptite nouvelle a vraiment kiffé son job

En ce moment, il y a cette pub à la radio: « J’aime le lundi matin, j’aiiiime les réunions assommantes, j’aime même le mauvais café… » Cette pub pour une voiture évoque le bonheur d’aller au boulot. Eh bien, voici un scoop de fin de semaine: la ptite nouvelle fait partie de la race des Jadormontaf! Et ce n’est pas grâce à la belle bagnole qui l’emmène tous les jours, loin de là!

Pour la ptite nouvelle qui va travailler avec plaisir, il n’y a point de réunions assommantes (voir plus loin dans le texte); le café c’est du Nespresso (c’te classe), les collègues sont sympathiques, mais encore?

Parlons d’abord du trajet: ce pur moment de tranquillité dure 45 minutes. Trois quarts d’heure totalement seule! Trois quarts d’heure de conduite sur autoroute à l’écoute des nouveautés pop rock entrecoupés des délires matinaux sur Virgin Radio. Trois quarts d’heure  avec une vue panoramique sur un Mont Blanc ensoleillé, pfffffiou….waaaoww, y a pire comme paysage! Et quand en plus, on aime réellement conduire, ce trajet-là est loin d’être pesant.

Ensuite, l’arrivée au bureau: ambiance zen, petites blagounettes échangées avec deux collègues déjà présents, petit café du matin tranquillou pénardou, et la journée commence enfin!

La matinée passe à une vitesse folle, entre les appels clients et la gestion de dossiers tortueux, la ptite nouvelle apprécie quand ça va vite!

Puis midi sonne; le repas, si possible équilibré, est pris avec toute l’équipe, c’est l’occasion de faire une vraie pause qui coupe bien la journée; ça permet de mieux connaître ses collègues, de parler de tout et de rien, et surtout de ne pas parler boulot. Ce taf est génial ok, mais à un moment donné, faut savoir mettre sur pause.

Puis vient l’heure du énième Nespresso, et c’est reparti pour une après-midi de kiff professionnel. Au programme: une heure de trajet Aller autour du lac Léman pour se rendre à une réunion au fin fond de la Suisse, des rencontres pro intéressantes, une heure de trajet Retour pour revenir au bureau y déposer quelques dossiers, repartir sur les routes helvètes toujours avec une vue du Mont Blanc sur fond de coucher de soleil, pfffou la la….wwwaooow y a vraiment pas à dire, c’est biotifoul!

Vers 17h00, rentrer chez soi permet de retrouver sa ptite famille, prendre le temps de goûter avec les enfants, leur faire prendre le bain, jouer avec eux, bloguer, faire un peu de paperasse, profiter de son chez-soi!

Puis vient l’heure où les enfants sont couchés…… et finalement, la ptite nouvelle s’endort pas longtemps après, rapport à un réveil à 6h00 du mat’ et même pas de micro-sieste au programme.

Donc, où est le kiff dans ce rythme auto-boulot-dodo?

Commencer tôt pour rentrer tôt et du coup, avoir pas mal de temps perso? Avoir une journée bien remplie au point qu’elle passe à une allure folle? Ou tout simplement avoir trouvé un job dont l’ambiance/les relations avec les boss/les missions variées du poste correspondent exactement à ses attentes?

Oui, c’est ça. Le kiff de la ptite nouvelle, c’est qu’elle peut enfin concilier sa vie pro avec sa vie perso grâce à un job épanouissant. Pourvu que ça dure!!!

Objectif à court terme:

  • photographier les paysages helvètes traversés pour se rendre compte plus tard de cette chance de ne pas connaître les affres des métros citadins.

Objectif à moyen terme:

  • déménager plus près du bureau avant l’hiver, de peur de devoir rouler sur la neige et de porter les 3/4 d’heure de trajet habituels à 2 heures dont 1h15 dans les bouchons…


Le jour où les onomatopées ont envahi l’open space

Si, en  arrivant dans l’open space, la ptite nouvelle coupait l’image et mettait le son, ça donnerait ça:

(Même s’ il s’agit de bruits universels, quelques-uns nécessitent une version sous-titrée)

7h45: Smack smack                                                        (Bien le bonjour!)

8h00: CHHHH….sssssssssssss….BIIIIIP                        (Nespresso qui coule)

8h05: Crunch sccrrgngngngn slurp crunnch                  (Pause café/ spécial K au chocolat)

8h10: Tic clap tip clac titittitititic tacticitactactac (Usage intensif de TOUS les claviers de l’openspace)

09h00: Driiing drrriiing drrrrrrinng     (Sonnerie dans TOUS les postes téléphoniques de l’open space)

09h01: Allo…Ola….Gouttentact-ichlibediche-yavoll….     (Réponse à TOUS les interlocuteurs appelant)

10h45: Gggrrrrggrr….ploup…..grroarrrr grrr       (Grognement de TOUS les estomacs de l’open space)

11h00: Bipbib                                                (Réception de mail, consultation et réponse si nécessaire)

11h55: Vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv……….Tinnne        (Sonnerie du micro-ondes souhaitant le bon appétit à TOUS les estomacs, lesquels se trouvant désormais dans TOUS les talons)

12h00: Miamm mmmmmmmmmmhmmh glouglouglou

…Et rebelote l’après-midi, on prend les mêmes sons et on recommence:

13h00: Wooaaaaaaah    aaaah   (Baillements de digestion se propageant dans TOUT l’open space)

13h15: ccchhh…sssssssssssssssssssss…bip           (Nespresso=remède contre lesdits baillements)

15h30: rrrrrrrrrrrrrrrrrrrhalalala……pffff              (arrêt de TOUT le système informatique, mécontentement de TOUT l’open space après une coupure du courant)

15h35: blablablablabla… et tu sais quoi? Blalbalablabalabal                  (papotage en tout genre)

15h45: Aaaaaaaaaaaaah           (Satisfaction de TOUT l’open space qui a retrouvé l’électricité et qui accessoirement peut reprendre le travail)

16h00: sssslurp sssslurp sssslurp sssssssrlup                (Mise sous pli de la tonne de courrier du jour)

16h15: cling bling cling……vroouuuuuuuuum                 (Clé en main et sac sur l’épaule, c’est le départ)

La journée de bureau est déjà terminée….

BONUS: la journée à la maison avec les enfants ne fait que commencer! 

17h00: OOuuuuuuuiiiin, aaaaaaaaaïïïeeeeee, hhhhiiiiiiiiiiiiiii, re-oooouuuuuuuuuin

Les méchants bruits de claviers ainsi que les affreuses sonneries manquent terriblement à la ptite nouvelle, qui aimerait juste couper le son et ne garder que l’image

17h30: scratch….glouglou….ggni                                                                    (Prise de Doliprane)      

18h00: plouf plouf plouf hihihihih, aaaaaïee, plouf plouf                               (heure du bain…)

19h45: slurp miam  ouuuuuuuuuuin, aaaaïeeeeeu, maaaaaaaammmannnnnn  (heure du repas)

20h00: Lalalalala mmmmm lalala la la lalallala lala      ….                                             (heure du coucher)

20h30: AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhhh!!                                    (enfin seule!)

Objectif à court terme:

  • Préparer un prochain billet sur les bruits et les odeurs à éviter en open space


12

Concept Valley Caraïbes |
trucs et astuces pour boucl... |
greenmarketing |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CFDT SNCF Languedoc Roussillon
| Marc Champel
| rueamelie